Site d'introduction à l'Ecole Malikite en langue française :)

Ibn al-‘Alawi : L’expansion de l’école Malekite #5

Muhammad Ibn al-Alawi Maliki

Ibn al-‘Alawi : L’expansion de l’école Malekite #5

L’Imam, le Muhadith, le Mecquois, Shaykh Muhammad al-‘Alawi al-Maliki -qu’Allâh lui fasse miséricorde- dit :

L’entrée de l’école Malekite dans le Maghreb, a été florissante à l’époque de la gouvernance des Bani Tâshfine, et elle est toujours prédominante dans ces terres jusqu’aujourd’hui.
L’historien, l’érudit, ‘Abd ar-Rahman ibn Muhammad ibn Khaldun s’est étendu plus largement sur ce sujet dans sa « Muqadima », sur l’expansion de l’école Malekite.

Voir nos 3 précédents articles sur l’expansion de l’école Malekite :


  • L’Égypte

Ibn Khaldun mentionne que l’Imam ash-Shafi’i lorsqu’il a émigré vers l’Égypte, lors de l’année 200 de l’hégire, y trouva un ensemble de Malékites.

Parmi eux :

  •  Abd Allâh ibn ‘Abd al-Hakam ibn A’youn né en l’an 150 de l’hégire, et qui décéda en l’an 216 de l’hégire, il a entendu le Muwatta auprès de Malik, puis l’a rapporté d’après Ibn Wahb et Ibn al-Qâssim, d’ailleurs il a aussi écrit des ouvrages dans l’école Malekite.
  • Il s’y trouvait aussi Ash-hab ibn ‘Abd al-‘Aziz al-Qayssi al-‘Âmiri qui fut un des grands Fuqahas/Juristes Malekite, il est l’auteur d’un ouvrage de droit Malekite intitulé « al-Mudawanna », qui est différent du livre « al-Mudawanna » écrit par ‘Abd as-Salam ibn Sa’id Sahnoun at-Tanoukhi décédé en l’an 240 de l’Hégire.
  • Il s’y trouvait aussi ‘Abd ar-Rahman ibn al-Qâssim, parmi les plus grands Fuqahas Malekites, il a un mérite en ce qui concerne la centralisation, si l’on peut dire, de l’école Malekite, ainsi que sa transmission. Il est décédé en l’an 191 de l’Hégire.
  • Il s’y trouvait également Ibn al-Muwaz et d’autres, puis al-Hârith ibn Miskîne et ses enfants. Par la suite le fiqh d’Ahl us-Sunna/les Sunnites en Égypte a disparu au détriment de l’apparition de la dynastie Chiite Fatimides, qui avec l’ensemble des Chiites Imamîtes sont appelés communément par l’appelation « Rafidites » (ar-Rafida en arabe). On vit donc apparaitre le fiqh des Chiites qu’Ibn Khaldun appela : « Fiqh Ahl ul-Bayt (le droit des gens de la famille prophétique) », ou bien Fiqh Chiite d’Ahl ul-Bayt […]
Vers la fin du 4ème siècle, le Qâdi ‘Abd al-Wahâb al-Mâliki y a émigré depuis Baghdad, en ce temps la gouvernance était aux mains des Califes ‘Ubaydites en rapport à ‘Ubayd Allâh ibn al-Mahdiyy, l’ascendant des Fatimides qui avait une présence considérable au Maghreb ainsi qu’en Égypte ainsi qu’ailleurs. Ils ont ordonné d’honorer ce Qâdî ‘Abd al-Wahab et de faire la promotion de ses qualités afin de contrecarrer par là les Abbassides qui n’avaient pas pris soin de cet Imam, et qui, au contraire, l’avaient même rejeté. Certains dirigeants Malekites apparurent en Égypte jusqu’à ce que la gouvernance ‘Ubaydite soit entre les mains de Salâh ud-Dîn ibn Yussuf ibn Ayyoub, à partir de ce moment l’école Shafi’ite a recommencé à fleurir et proliférer.

peinture mosquée maghreb

  • Le Maghreb

L’école Malekite s’est également répandue auprès des gens du Maghreb ainsi que des Andalous, ils ont été particularisés de ce fait, même si l’on a pu remarquer une faible présence d’autres adeptes. Ceci s’explique  par le fait que la plupart de leurs voyages (des maghrébins et andalous) avaient pour destination le Hijaz (région de la péninsule arabique, où se trouve la Mecque, Médine). Elle était la finalité de leurs voyages, et aussi, l’Irak ne se trouvant pas sur leur chemin, ils se contentaient de prendre la science des érudits de Médine et à cette période leur Imam était l’Imam Mâlik qu’Allâh l’agrée ainsi que ses maîtres. Ses élèves par la suite, en revenant sur leurs terres, maghrébins et andalous n’ont pas suivi d’autre méthodologie que la sienne.

à suivre in cha Allâh…

Ecole Malekite