Site d'introduction à l'Ecole Malikite en langue française :)

Les catégories d’eaux dont les ablutions sont autorisées (al-‘Ashmawiya)

Matn Al-‘Ashmawiya #2

IguazuChapitre : Les catégories d’eaux pour les ablutions qui sont autorisées

Bab : Aqssâm al-Miyyahi al-latî yajouz minha al-Wuddu-u

Les catégories d’eaux


Sache qu’Allâh l’Exalté te raffermisse, que l’eau (al-Mâ) est de deux catégories (‘ala Qiçmayne) :

1. L’eau altérée (Makhlout)
2. L’eau non-altérée (Ghayr Makhlout)


L’eau non-altérée :

Quant à l’eau non-altérée, elle est pure (Tahur), c’est l’eau qui, dans l’absolu (al-Ma-u al-Mutlaq) est autorisée pour accomplir les ablutions (yajuz minhu l-Wudu). Qu’elle fût tombée du ciel (Nazala min as-Samâ) ou bien qu’elle fût émanée de la terre (Nabagha min al-Ard).


2. L’eau altérée :

Quant à l’eau altérée, c’est celle dont l’un de ces 3 attributs (Awssafihi Thalatha) :

1. Sa couleur (Lawnihi)
2. Son goût (Ta’mihi)
3. Son odeur (Rayhihi)

a subi un changement (taghayara) par une chose.


  • Elle (l’eau altérée) est de deux catégories :

1ère catégorie de l’eau altérée :

1. Parfois (L’eau), s’altère par une impureté (bi Najassa), donc elle subit un changement en conséquence, cette eau impure (al-Mâ-u najiss) n’est pas valable pour les ablutions (la-yassihu minhu l-wuddu).

Si l’eau n’a pas subi un changement dans l’un de ces trois attributs par l’impureté, comme dans le cas où l’eau est en petite quantité (qalila) et l’impureté en petite quantité (an-Najassa qalila), il est dans ce cas déconseillé d’accomplir les ablutions avec (Kuriha minhu l-wuddu) d’après l’avis de la majorité (al-Mash-hour)

2ème catégorie de l’eau altérée :

2. D’autres fois (L’eau), s’altère avec des choses pures (Tahûr), donc elle subit un changement en conséquence.

Cas n°1 :

Si la chose pure (at-Tahiru) n’est pas à l’abri de tout soupçon (yumkine al-Ihtirâz minhu), tel que l’eau altérée avec :

Du safran (Za’farane)
Une fleur (Ward)
De la pâte et ce qui est semblable (al-‘Ajîne)

Cette eau est pure en elle-même (Tâhur fi nafssihi), impure par une chose étrangère à elle (ghayr mutahir li-ghayrihi), elle sera utilisée selon les us et coutumes (al-‘Adâte) pour :

• La cuisine (at-Tabkh)
Pour pétrir (al-‘Ajn)
La boisson (ash-Sharb) et ce qui est semblable

Par contre, on ne pourra pas utiliser cette eau pour l’adoration (al-‘Ibadate), ni pour les ablutions, ni pour autre chose s’y relatant.


Cas n°2 :

Si c’est un cas où il n’y a aucun doute en elle (là yumkine al-Ihtirâz minhu), tel que l’eau qui a subi un changement par :

• L’étang (as-Sabkha)
• La boue (Al-Hamâ-a) et ce qui est semblable, tel que le courant traversant les minerais (al-ma‘dini) comme :

• L’arsenic (Zirnikh)
• Le souffre (Kibrit) et ce qui est semblable, alors tout ceci est pur (Tahûr) et les ablutions sont valables en conséquence.

Et Allâh est plus savant. Wa llâhu a’lam.

Ecole Malekite