Site d'introduction à l'Ecole Malikite en langue française :)

Chapitre sur al-Jum‘a (la prière du vendredi) ‘al-Ashmawiya

Chapitre sur al-Jum‘a (la prière du vendredi) – Matn ‘al-Ashmawiya

Bâb : Salât ul-Jum‘a

vendredi salat

L’Imam al-‘Ashmawi dit :

La Salât al-Jumu’a est une obligation d’ordre individuel (Fard ‘ala al-‘ayâne), elle a :

  • Des conditions (Shourout)
  • Des obligations (Woujoub)
  • Des piliers (Arkâne)
  • Des convenances (Adâb)
  • Des prétextes permettant sa dérogation (A‘dhâr)

Quant à ses conditions obligatoires, elles sont au nombre de 7 :

  1. L’islam
  2. La puberté (al-Bulugh)
  3. La raison (al-‘Aql)
  4. Le sexe masculin (adh-Dhukuriyya)
  5. La liberté (al-Huriyya)
  6. La résidence (al-Iqâma)
  7. La santé (as-Siha)

Quant à ses piliers, ils sont de cinq :

  1. Le 1er est la mosquée où on y accompli la Salât en groupe.
  2. Le groupe de fidèles (al-Jama‘a) qui n’a de nombre délimité selon Malik, cependant il faut que cet ensemble de fidèles provienne d’une cité habitée.Certains de nos Imâms ont dit qu’il fallait qu’il atteigne 12 personnes pour que -le Jumu’a- se réalise.
  3. Le 1er prêche (Khutbat ul-Awla) qui est un pilier en vérité

Le 2ème prêche également, d’après l’avis de la majorité.

Il faut que -le prêche- soit après le Zawal, et qu’il précède la Salât, le prêche également n’a pas de délimitation auprès de Malik, il faut juste qu’il convienne à ce que les arabes entendent par « Khutba »

Il est également préférable qu’il soit en état de pureté pour ces deux -prêches-, et il est obligatoire de se tenir debout à plusieurs reprises pour eux.

  1. Concernant l’Imam, parmi ses qualités est qu’il soit parmi ceux pour qui le Jumu’a est obligatoire, contrairement à l’enfant, le voyageur, et autres pour qui le Jumu’a n’est pas obligatoire.

Il est de même conditionné que le prieur soit le prêcheur du Jumu’a à part s’il a une excuse (‘Udhr) qui l’empêche de faire cela (comme une maladie, la folie, ou quelques choses du genre).

Il est obligatoire d’attendre l’Imam en cas de retard, selon l’avis le plus probant.

  1. La résidence, on n’accomplit le Jumu’a que dans un lieu de résidence, dans une ville ou bien un village où l’établissement est possible.

Quant aux convenances (Adab), elles sont au nombre de 8 :

  1. Primo, les ablutions majeures (al-Ghusl) qui est une sunna pour l’avis de la majorité. Parmi ses conditions, est qu’elle soit liée avec le départ -vers la mosquée- s’il a fait l’ablution majeure et qu’il a mangé ou bien dormi, il lui est demandé de refaire ses grandes ablutions selon l’avis de la majorité.
  2. User d’un ustensile hygiénique pour nettoyer sa bouche (As-Siwak)
  3. Raser les poils (pubiens et des aisselles)
  4. Couper ses ongles
  5. Se tenir à distance de toute odeur détestable
  6. S’enjoliver de beaux vêtements
  7. Se parfumer pour l’occasion
  8. Marcher sans prendre de moyen de transport, à part pour une excuse particulière qui l’en empêche (‘Udhr)

Les excuses particulières qui le dispense -de faire le Jumu’a- sont :

  1. La forte pluie
  2. Qu’il y ait beaucoup de boue
  3. Qu’un lépreux puisse déranger par son odeur le groupe
  4. La maladie, et le fait que l’on doit être présent au côté d’un malade de sa famille comme sa femme, ses enfants, ou bien un de ses parents, alors qu’il n’a personne pour le remplacer pour assister le malade…
  5. Malik a dit concernant le cas d’un homme étant mort le jour du Jumu’a, que si le frère reste pour s’occuper de lui il n’y a pas de mal à cela.
  6. De même, s’il craint pour sa propre personne d’être atteint par un injuste, ou d’être emprisonné, ou qu’on subtilise ses biens.
  7. Également la personne en faillite craignant que son créancier l’emprisonne, selon le plus probant.
  8. L’aveugle qui n’a pas de guide. Quant à celui qui a un guide et qui peut se guider tout seul, la dispense d’aller à la mosquée -pour Jumu’a- n’est pas permis.

Il est interdit de :

  • Voyager au moment du Zawal le jour du Jumu’a pour quiconque le Jumu’a est obligatoire.
  • Il lui est interdit de parler -pendant la Khubta-, et qu’il fasse une prière surérogatoire (Nafila) alors que l’Imam prêche, et ce qu’il s’agisse du 1er prêche ou bien du second. L’homme devra s’assoir et ne pas prier, à part si lorsqu’il entre l’Imam lui demande de prier il devra alors l’accomplir.
  • L’achat et la vente sont interdits à partir du 2ème Adhan, si cela a lieu, il doit cesser.

Il est déconseillé :

  • De ne pas travailler le jour du Jumu‘a
  • Que l’Imam fasse des prières surérogatoires avant le prêche
  • Également lorsque le fidèle qui est assis fasse des prières surérogatoires pendant l’Adhan.
  • La présence de la jeune fille (ash-Shabâ) pour le Jumu’a*
  • Voyager après le Fajr (as-Safar ba’du l-Fajr).

Et Allâh est plus savant, wa llâhu a’lam.


*L’Imam al-Ghumari précise dans son commentaire la jeune fille dont la beauté peut être une tentation

Ecole Malekite