Site d'introduction à l'Ecole Malikite en langue française :)

Les grandes ablutions | الْغُسْلِ -al-Ghusl | Al-Akhdari

Les grandes ablutions | الْغُسْلِ | (al-Ghusl)

On doit faire la grande ablution (al-Ghusl) dans trois cas :

  1. Lorsqu’on est en état d’impureté (اَلْجَنَابَةِ – al-Janaba)
  2. Les règles (الْحَيْضِ – al-Hayd)
  3. Les lochies (sang coulant après l’accouchement de la femme) * (النِّفَاسِ – an-Nifâss)

L’état d’impureté (al-Janaba) est de deux sortes :

  • L’émission de sperme (خُرُوجُ الْمَنِيِّ – Khourouj ul-Maniyy) suite à une jouissance lors du sommeil -suite à un rêve…- ou bien à l’état d’éveil suite à un rapport sexuel (جِمَاعٍ – Jima’) ou autres.
  • Lorsque le sexe masculin (le gland) pénètre le sexe féminin (même si il n’y a pas eut d’émission de sperme)

Celui qui se voit en rapport sexuel dans un rêve sans éjaculer du sperme (مَنِيٌّ – Manniyu) n’a pas pour cela à accomplir la grande ablution.

Celui qui voit du sperme séché sur son habit et ne se rappelle pas quand l’habit a été souillé, doit accomplir la grande ablution (اغْتَسَلَ – Ightassal)  et dois refaire les prières qu’il a accompli après son dernier sommeil.

Motion Addicts art gaming glitch trippy

Les actes obligatoires des grandes ablutions (فَرَائِضُ الْغُسْلِ – Fara-ïdu l-Ghusl) sont :

  1. L’intention au moment de commencer (النِّيَّةُ عِنْدَ الشُّرُوعِ – an-Niyya ‘inda sh-Shuru’)
  2. Faire les actes sans interruptions (الْفَوْرُ – al-Fawru)
  3. La friction -du corps- (الْفَوْرُ – ad-Dalk)
  4. le lavage complet du corps. (الْعُمُومُ – al-‘Umûm)

Les actes recommandé (as-Sunane) sont :

  1. Le lavage des mains jusqu’aux coudes comme dans la petite ablution (غَسْلُ الْيَدَيْنِ إِلَى الْكُوعَيْنِ كَالْوُضُوءِ)
  2. Le lavage de la bouche (الْمَضْمَضَةُ  – al-Madmada)
  3. L’aspiration de l’eau dans le nez (al-Instinshâq)
  4. et l’expiration de cette eau par les narines (al-Istinthâr)
  5. Laver les voies auditives (غَسْلُ  صِمَاخِ الْأُذُنِ – Ghaslu Simâkh al-Udhuni) les pavillons des oreilles doivent également être lavés des deux côtés extérieurs (Dhahirihâ) et intérieurs (Bâtiniha).

Les actes méritoires (al-Fadâ-ïl) sont :

  • Commencer par laver la souillure (الْبِدَايَةُ بِغَسْلِ النَّجَاسَةِ – Bidaya bi-Ghasli Najassa) puis le lavage du sexe – et c’est à ce moment qu’il formule l’intention;
  • Puis le lavage des membres des ablutions (أَعْضَاءِ الْوُضُوءِ – A’dâ-ï l-Wudu) une seule fois;
  • Puis la partie supérieure du corps (أَعْلَى جَسَدِهِ – A’la Jassadihi) ;
  • Laver à trois reprises la tête  (تَثْلِيثُ غُسْلِ الرَّأْسِ – Tathlith Ghusl ar-Ra »-ssi) ;
  • Laver d’abord le coté droit (تَقْدِيمُ شِقِّ جَسَدِهِ الْأَيْمَنِ – Taqdim Shiqqi Jassadihi l-Ayman)
  • et enfin minimiser l’eau utilisée (تَقْلِيلُ الْمَاءِ عَلَى الْأَعْضَاءِ – Taqlîlu l-Mâ-ï ‘ala al-A’dâ-ï)

water spring waterfall swim perfect loops

Cas de figure :

  • Celui qui oublie une partie (لُمْعَةً – Lum’a) -d’un membre- ou un membre (عُضْوًا – ‘Udwâne) dans sa grande ablution, se dépêche de la laver dès qu’il s’en souvient même -s’il s’en souvient- après un mois (وَلَوْ بَعْدَ شَهْرٍ – wa law ba’da shahr), il devra refaire les prières qu’il a accompli -depuis l’oubli dans la grande ablution- jusqu’à -s’être souvenu de cette oubli dans la grande ablution-.
  • S’il retarde l’accomplissement de -ses grandes ablutions- après s’être souvenu -de la partie manquante-, sa grande ablution devient nul (بَطَلَ غَسْلُهُ – Batala Ghasluhu) [avec les prières accomplies par conséquent et devra refaire totalement sa grande ablution], cependant si -l’oubli- concerne les membres de la petite ablution (أَعْضَاءِ الْوُضُوءِ  – A’da-ï l-Wudu-ï) et qu’il a refait par la suite son ablution alors de ce fait il a complété la partie manquante -et son ablution- est valide (أَجْزَأَهُ – Ajza-ahu)

-Ce qu’il n’est pas permis de faire en état d’impureté-

Il n’est pas permis (لَا يَحِلُّ – Là Yahillu) à celui qui est en état d’impureté (لِلْجُنُبِ – lil-Junubi) :

  • l’entrée dans une mosquée (دُخُولُ الْمَسْجِدِ – Dukhul l-Masjid)
  • ni la lecture du Coran (قِرَاءَةُ الْقُرْآنِ – Qira-atu l-Qur-ân) si ce n’est des versets pour chercher refuge (لِلتَّعَوُّذِ – li-Ta’awwud) et -des versets- semblables.

Cas de figure :

Celui qui ne supporte pas l’eau froide ne peut accomplir de rapport avec son épouse, sauf s’il s’est déjà muni des moyens de chauffer l’eau -pour accomplir la grande ablution-.

S’il lui arrive de jouir dans un rêve (يَحْتَلِمَ – Yahtalim), alors il n’est pas fautif.

Ecole Malekite